Armagnac Pierre Laberdolive

Depuis une quarantaine d’années je travaille avec ce producteur d’Armagnac, le fait d’être venu dans cette région il y a une vingtaine d’années m’a permis de découvrir grâce à des gens comme Michel et Pierre Laberdolive la richesse de cette production au niveau patrimoine

Au travers de ce reportage, on voit la passion qui anime Pierre et sa fierté de continuer à maintenir cette tradition familiale française.
L’armagnac est une eau-de-vie de vin produite dans les départements français du Gers, des Landes et du Lot-et-Garonne, avec comme appellations géographiquement plus restreintes le bas-armagnac, l’armagnac-la ténarèze (ou ténarèze) et le haut-armagnac

La blanche-armagnac (ou armagnac blanc) partage la même aire de production, mais est une appellation différente. Toutes ces appellations doivent leur nom à l’ancienne province d’Armagnac, qui constitue une partie du vignoble du Sud-Ouest.
L’armagnac est produit dès le Moyen Âge, mais sa production massive commence au xviie siècle pour connaître son apogée au XIX° siècle. Eauze (en Bas-Armagnac) et Condom (en Ténarèze), toutes deux dans le Gers, en sont les centres historiques et économiques.
La fabrication des armagnacs se fait par distillation de vins blancs secs. Divers produits sont concernés par ces appellations, avec des alcools d’âge croissant, cette durée représentant le temps passé en barrique de chêne. Leurs titres alcoométriques sont supérieurs ou égaux à 40 % en volume. En 2010, 2 105 hectares de vignes ont servi à produire de l’armagnac, avec une production cette année-là de 18 900 hectolitres d’alcool pur(soit l’équivalent d’un peu plus de six millions de bouteilles de 70 cℓ). (source Wikipédia).

Il reste que le meilleur reste le bas-armagnac (chauvin!)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *