Les fruits exotiques : (suite)

La Pitaya  ou fruit du Dragon :

 

Spectaculaire, ce fruit d’un cactus cultivé en Asie du Sud-Est et en Colombie peut-être rose-rouge vif avec de grandes écailles ou jaune avec de petis piquants. La chair blanche ou parfois violette avec de minuscules graines noires à une saveur sucrée et rafraîchissante.

 

Très originale dans une salade de fruits.

La Pomme-Cannelle :

Elle vient du brésil et d’Égypte et possède un goût sucré. Il suffit d’écarter les écailles pour découvrir la pulpe blanche crémeuse. Avec sa texture tendre, elle a une saveur très sucrée.

A croquer nature ou en sorbet.

Le Ramboutan :

Le  » Litchi Chevelu » ressemble à un oursin rouge ! Principalement cultivé en Indonésie, Thaïlande et Colombie, sa chair est blanche et sa saveur proche du litchi. Il peut agrémenter une salade de fruits ou être préparé en compote avec des épices.

A couper en deux et à déguster nature. Attention, il cache un noyau comme le litchi.

La Sapotille :

Sélectionné en Thaïlande, ce petit fruit à noyaux dévoile des arômes de vanille et de jasmin. Il est très apprécié pour sa saveur sucrée et caramélisée.

A déguster à la petite cuillère comme un kiwi.

Le Tamarillo :

Semblable à une belle prune rouge bordeaux ou orange à la peau bien brillante, il est aussi appelé « tomate de la Paz ». Son goût acidulé évoque à la fois la pêche, le melon et la tomate. Il se mange cru ou cuit, dans des recettes salées ou sucrées, mais sans les pépins.

Idéal en chutney.

Le Tamarin sucré :

Principalement cultivé en Thaïlande ce fruit à coque rappelle la datte et le pruneau. Il faut casser la cosse en forme de haricot puis retirer les fibres autour du fruit avant de manger la pulpe. Attention aux noyaux à l’intérieur, durs comme des cailloux !

Délicieux en jus ou en confiture !

C’est fini.

Gambas au jus, arôme de curi Indien et papaye

Auteur

Anciennement installé boulevard Pasteur, Hubert a fait de sa maison tout un art de vivre et de recevoir, mêlant ses créations personnelles à une cuisine du terroir du Sud-Ouest qu’il privilégie. La cuisine du Bistro d'Hubert était ouverte sur la salle à manger, les parfums des plats en cuisson attisaient la gourmandise dès l'arrivée du convive. L’ambiance était bistrot et la décoration landaise avec nappe à carreaux, bocaux de conserve sur des étagères, délicieux service et accueil dirigé par sa fille Maryline. Le Bistro d'Hubert est fermé depuis fin 2011 et le Chef se consacre désormais à son blog culinaire.

Pas encore de commentaire