C’est tout bête! A propos de poulet …

  • Déjà choisir le plat en fonction de la taille du poulet, afin que les graisses brûlent le moins possible.
  • Coucher le poulet « en chien de fusil », pour cela le coucher de manière qu’il soit appuyé sur une cuisse, puis à mi-cuisson il faut le retourner sur l’autre cuisse et ensuite sur le ventre, tout en l’arrosant régulièrement afin qu’il ne dessèche pas!
  • Afin de savoir si votre poulet est cuit à point, le piquer avec une aiguille à brider ou à défaut avec une fourchette dans le gras de la cuisse, partie qui est la plus longue à cuire.
  • Pour le parfumer on peut le farcir d’une gousse d’ail non épluchée, ou bien encore d’une branche d’estragon.
  • Les restes du poulet ne doivent pas être mis au réfrigérateur sous peine de dessèchement, les conserver à température ambiante enveloppés dans un papier aluminium.
  • Lorsque les besoins d’une recette nécessite de le dépouiller, la partie la plus délicate sera la cuisse. Pour cela, il suffit d’attraper la peau vers le haut de la cuisse avec les doigts, puis tirer ferment vers le pilon en la retournant comme une chaussette.
  • Comment découper le poulet pour une fricassée par exemple : lever d’abord les cuisses et les couper en deux à la hauteur de la jointure, couper ensuite la carcasse en deux par le milieu en gardant les blancs collés sur la carcasse, puis ôter les ailes.
  • A la cuisson commencer par cuire les cuisses, puis les ailes et enfin les suprêmes qui ne doivent pas cuire longtemps sous risque de dessèchement.
  • Enfin, il n’est pas nécessaire de ficeler le poulet pour lui coincer les cuisses. Faire deux incisions en biais, sur les flancs, à quelques centimètres du croupion, ensuite faire passer les pattes dans ces boutonnières, elles ne bougeront plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *