La galette des Rois

Comme chaque année je vous communique une recette de cette vieille tradition qu’est la galette des Rois ou pour le midi le gâteau des Rois.

La galette des Rois est un gâteau célébrant l’Épiphanie et traditionnellement vendu et consommé quelques jours avant et après cette date.

La galette des Rois peut être une galette de pâte feuilletée fourrée à la frangipane. Le gâteau des Rois est une brioche aux fruits confits. De tous les genres de pâtisseries, celui que l’on désigne sous le nom de gâteau des Rois est un des plus anciens et des plus célèbres en France.
La tradition veut qu’elle soit l’occasion de «tirer les rois» à l’Épiphanie : une fève est cachée dans la galette et la personne qui obtient cette fève devient le roi de la journée et a le droit de porter la couronne dorée en carton qui accompagne toujours cette galette. Il doit offrir la prochaine galette. C’est le plus jeune des convives, caché sous la table, qui décide de la distribution des parts.
Jadis, l’usage voulait que l’on partage la galette en autant de parts que de convives, plus une. Cette dernière, appelée «part du Bon Dieu», «part de la Vierge» ou «part du pauvre» était destinée au premier pauvre qui se présenterait au logis.

Je voulais une fois de plus vous donner une de ces recettes, j’ai cherché dans mes très anciens livres de cuisine et n’ai trouvé qu’un gâteau d’amandes de Pithiviers dont voici la recette :

Faîtes une abaisse de feuilletage, garnissez le milieu de pâte d’amande dans laquelle vous aurez incorporé un peu de crème pâtissière à la fleur d’oranger, couvrez votre gâteau d’une abaisse de feuilletage  six tours, appuyez avec le doigt tout autour sans toucher à la pâte qui couvre votre crème d’amande (vous aurez soin de mouiller légèrement les bords de votre première abaisse afin de pouvoir souder la seconde), à l’aide d’un coupe-pâte vous donnez la forme désirée à votre gâteau, vous le festonnez à l’aide du dos de la pointe de votre couteau d’office, le dorez et le rayez, formez une rosace sur le milieu et imitez des feuilles sur la bordure  ou simplement des barbes de plumes avec la pointe du couteau d’office. Faîtes cuire à four gai (sic) et servez comme entremets. Les petits gâteaux d’amandes se font absolument de même en diminuant l’épaisseur des abaisses.

Recette tirée de :  « Le Petit Cuisinier Moderne » de G.Garlin. Garnier Frères-1890-Paris

Auteur

Anciennement installé boulevard Pasteur, Hubert a fait de sa maison tout un art de vivre et de recevoir, mêlant ses créations personnelles à une cuisine du terroir du Sud-Ouest qu’il privilégie. La cuisine du Bistro d'Hubert était ouverte sur la salle à manger, les parfums des plats en cuisson attisaient la gourmandise dès l'arrivée du convive. L’ambiance était bistrot et la décoration landaise avec nappe à carreaux, bocaux de conserve sur des étagères, délicieux service et accueil dirigé par sa fille Maryline. Le Bistro d'Hubert est fermé depuis fin 2011 et le Chef se consacre désormais à son blog culinaire.

Pas encore de commentaire